Pourquoi nous soutenons l’initiative Rénovons

Économies d’énergie, Précarité énergétique

Le CLER - Réseau pour la transition énergétique est à l'origine de l'Initiative Rénovons qu'elle coordonne. Quels sont les objectifs de cette campagne ? Pourquoi avons-nous soutenu sa création, en lien avec de nombreuses associations de la société civile ?

L’Initiative Rénovons ! est une vaste alliance regroupant les forces vives de la société civile en France, au sens large, engagées en faveur de l’efficacité énergétique grâce à la rénovation énergétique des logements en France. La rénovation des logements, particulièrement les moins performants sur le plan énergétique, doit permettre de résorber structurellement la précarité énergétique. Il se base sur une étude économique réalisée en 2016 et présentée début 2017 à Paris lors d’une conférence de presse.

A la lecture de l’étude économique qui appuie la campagne, plusieurs adhérents du Réseau pour la transition énergétique ont fait part de leur étonnement : les travaux technico-économiques fournis se basent en effet sur des travaux faisant passer les passoires énergétiques (classes énergétiques F et G) vers une classe D en moyenne en 2025 ce qui peut sembler incompatible avec l’objectif Bâtiment basse consommation (BBC) prôné par le scénario négaWatt et par notre association.

Voir le communiqué : La fin des passoires énergétiques ? C’est possible… et rentable !

Pourquoi soutenir cet objectif ?

Sur le fond, la feuille de route proposée par l’initiative Rénovons – et qui sert de colonne vertébrale à la campagne – est claire : l’objectif de performance à terme pour tous les logements est bien BBC Rénovation. La réalisation de l’étude économique, qui prévoit le passages de toutes les passoires en classe D minimum, a été précédée d’un travail du comité scientifique qui a dû trancher entre plusieurs hypothèses de départ. L’objectif était de démontrer qu’une politique ambitieuse de rénovation énergétique des passoires énergétiques impliquait des masses financières importantes mais constituait un investissement rentable pour l’Etat sur 25 ans.

Le prix faible des énergies à l’heure actuelle, le coût globalement élevé des travaux de rénovation énergétique ainsi que la faiblesse des données disponibles ont abouti à arbitrer pour l’objectif intermédiaire classe D en 2025. Mais cet objectif doit être conçu et réalisé de tel sorte qu’il soit BBC compatible. Aucun des acteurs de la campagne – le CLER en tête – ne souhaite que l’atteinte de la classe D devienne le nouvel horizon des décideurs politiques : ce ne serait d’ailleurs pas rendre service aux personnes souffrant de précarité énergétique.

Une alliance pour avancer

Enfin, il ne faut pas perdre de vue que cette campagne, fruit d’un travail de compromis entre des acteurs venus d’horizons très divers, a eu pour premier objectif de mettre la rénovation des passoires énergétiques à l’agenda des élections du printemps 2017. Elle a jusqu’ici très bien réussi à placer cet enjeu majeur au cœur du débat public et nous souhaitons que cela continue : c’est à cette condition que nous lèverons les obstacles à la rénovation énergétique, aujourd’hui encore trop nombreux.

Site Internet de l’Initiative Rénovons