La France n’atteindra pas ses objectifs européens d’énergie renouvelable en 2020

Énergies renouvelables, Transition

Alors qu'ont débuté les concertations concernant la Programmation pluriannuelle de l'énergie pour la période post-2023, de nouveaux chiffres démontrent une nouvelle fois les difficultés de la France à suivre une trajectoire ambitieuse dans le développement des énergies renouvelables.

Parues début septembre, les statistiques du Commissariat général au développement durable (CGDD) estiment à 15,7 % la part des énergies renouvelables (EnR) dans la consommation finale brute d’énergie en France en 2016. Cette part a augmenté de 6,5 % depuis 2005 (grâce à l’essor des biocarburants, des pompes à chaleur et de la filière éolienne et dans une moindre mesure, au développement du solaire photovoltaïque et de la biomasse pour le chauffage). A ce rythme, la part des EnR atteindrait 19 % fin 2020, soit 4 % de moins que l’objectif européen. Il faudra redresser la barre rapidement pour atteindre l’objectif de 32 % d’énergies renouvelables fixé pour 2030 par la Loi de transition énergétique !

Voir notre communiqué : L’augmentation des EnR dans le mix énergétique encore remise à plus tard (16 novembre 2017)

Beaucoup d’obstacles à lever

Pour accélérer le développement des énergies renouvelables en France, il y a du pain sur la planche : de nombreux obstacles doivent impérativement être levés tels que  la position dominante des fournisseurs historiques dans le développement de projets et dans l’accès au capital à coût réduit, l’entrave au développement du renouvelable électrique par le gestionnaire du réseau de distribution Enedis, ou encore les mécanismes de financement inadaptés aux PME et aux acteurs territoriaux.

Publication

Découvrez les propositions du CLER pour lever les freins aux énergies renouvelables

Document PDF à télécharger

Consulter la publication