Feuille de route sur le climat : le gouvernement doit passer à l’action

Transition

Le Réseau Action Climat France, et toutes les ONG qui le compose, appelle le Président de la République à concrétiser sa volonté d’aller plus loin et plus vite dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques, au sein de la future feuille de route climat du Gouvernement qui doit très prochainement être validée en Conseil des ministres.

Suite au départ des Etats-Unis de l’Accord de Paris, le Président de la République a annoncé la publication prochaine d’une feuille de route pour le climat. Pour les associations membres du Réseau Action Climat, l’heure est venue de passer des annonces aux mesures concrètes ! Elles ont fait parvenir à Emmanuel Macron les propositions qui, à leurs yeux, devront impérativement figurer dans ce document stratégique. Transition énergétique, mobilités, logement, agriculture et alimentation, fiscalité, ambition européenne, soutien financier aux pays les plus vulnérables… Toutes ces propositions forment un tout nécessaire pour passer à la vitesse supérieure, en France mais aussi en Europe et sur la scène internationale.

Si le Président de la République souhaite concrètement donner le coup d’accélérateur dont a grandement besoin la lutte contre le dérèglement climatique, voici quelques unes des mesures incontournables qui devront figurer dans la feuille de route :

  • un soutien à la conclusion d’un accord sur la taxe européenne sur les transactions financières d’ici juillet 2017 et la convocation en France d’un sommet sur l’allocation des recettes à la solidarité internationale et au climat
  • un soutien à des objectifs européens de développement des énergies renouvelables et d’efficacité énergétique contraignants et plus ambitieux que ceux actuellement sur la table pour 2030
  • l’exclusion de la mise en œuvre de l’accord de Paris d’échappatoires telles que celui du secteur des terres actuellement poussé par la France au sein des discussions sur le paquet énergie-climat de l’Union Européenne pour masquer une partie de ses émissions réelles de gaz à effet de serre
  • un soutien sur la scène européenne à des normes d’émissions de CO2 ambitieuses pour tous les véhicules en 2025
  • des Etats généraux de l’alimentation et de l’agriculture, prenant en compte les problèmes environnementaux, climatiques, sociaux et sanitaires, aussi bien en France qu’à l’international, et ouverts à la participation de l’ensemble des parties prenantes concernées, notamment aux associations
  • l’organisation d’assises du Fret pour permettre enfin une réduction des émissions de GES de ce secteur et la création d’un fonds national pour le développement des mobilités actives comme le vélo
  • une règle d’or climatique pour le choix des infrastructures afin de cesser le soutien aux infrastructures qui encouragent le transport routier et aérien
  • un premier projet de loi de finances, climato-compatible, prévoyant entre autres, et sur toute la durée du quinquennat, l’augmentation de la composante carbone et l’alignement de la fiscalité du diesel sur celle de l’essence
  • la mise en place d’un plan, contenant un calendrier précis et des financements dédiés, pour permettre la rénovation d’ici à 2025 des 8 millions de passoires énergétiques en France
  • la programmation claire par le Gouvernement de la fermeture de réacteurs nucléaires afin de respecter les objectifs de la loi de transition énergétique dont celui de réduire à 50 % la part du nucléaire dans le mix électrique français, ainsi que le développement des énergies renouvelables et des économies d’énergies
  • l’interdiction définitive de l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures en France et en outre-mer
  • la mise en place de la gestion prévisionnelle de l’emploi et la création de « contrats de transition écologique » pour répondre aux impacts sociaux liés aux fermetures nécessaires de certains sites comme les centrales à charbon
  • la tenue d’un événement annuel et national d’envergure pour évaluer les progrès accomplis dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques et de la transition énergétique (stratégie nationale bas carbone et programmation pluriannuelle de l’énergie) et discuter au besoin de l’adoption de mesures supplémentaires
Télécharger la feuille de route du RAC
Contact

Benoît Hartmann

Directeur du CLER – Réseau pour la transition énergétique

benoit.hartmann@cler.org
Contact

Anne Bringault

Coordinatrice des ONG sur la transition énergétique

anne.bringault@cler-rac.org