Doublement des objectifs d’économies d’énergie : enfin un peu d’ambition pour l’efficacité énergétique !

Économies d’énergie

Mercredi 26 avril, le ministère a annoncé la signature du décret fixant les nouveaux objectifs 2018 - 2020 du dispositif des Certificats d'économies d'énergie (CEE). En doublant les niveaux de la période en cours, la Ministre de l'environnement fait preuve d'une réelle ambition pour cet outil. Néanmoins, ce dernier reste victime de dérives auxquelles il faut mettre un terme au plus vite.

A partir de 2018, les fournisseurs d’énergie (carburants, électricité, gaz, fioul domestique…) devront promouvoir, avec un peu plus de volonté et d’efficacité, les économies d’énergie auprès de leurs clients. Le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE) qui est censé les y inciter depuis 2005 à l’aide « d’obligations » (chiffrées en kWh cumac d’énergie finale) vient d’être nettement musclé par la Ministre de l’environnement. Ségolène Royal leur envoie ainsi un message clair, les invitant à développer et soutenir des opérations plus nombreuses et plus efficaces afin de déclencher des économies d’énergie.

En finir avec les passoires énergétiques

Fixée à 1 600 TWh cumac (dont 400 TWh cumac au bénéfice des ménages en situation de précarité énergétique), « cette nouvelle obligation est enfin à la hauteur des niveaux que nous estimons nécessaires pour contraindre les fournisseurs d’énergies à des comportements plus vertueux afin de réduire les dépenses énergétiques. C’est un minimum si on espère atteindre les objectifs d’économies d’énergie de la Loi de transition énergétique et de l’Accord de Paris », estime Joël Vormus, directeur adjoint du CLER – Réseau pour la transition énergétique, qui appelle par ailleurs à réformer ce dispositif afin qu’il s’inscrive à terme dans une refonte globale des aides à la rénovation.

« Pour en finir avec les passoires énergétiques dans lesquelles vivent 12 millions de personnes en France, la cohérence de tous ces outils de financement est fondamentale. Les futurs dirigeants devront s’y atteler pour rendre possibles les travaux d’efficacité énergétique dans le bâti ancien, et remplacer les vieux équipements par des neufs plus économes. »

Contact

Joël Vormus

Directeur adjoint du CLER – Réseau pour la transition énergétique

joel.vormus@cler.org