Débat public : lutter contre le réchauffement climatique, comment garantir le résultat – Séance 1/9

11/02/2021 particuliers & professionnels
Adresse

Jeudi 11 février de 16h à 17h30

Site internet de l'évènement
En ligne / à distance

Contexte :

Une série de neuf débats publics de deux heures, espacés à chaque fois d’une semaine, tous les jeudis de 18 à 20h à l’exception de la 1ère séance de 16 à 17h30 le jeudi 11 février, permettant de se familiariser avec l’idée d’obligation de résultat, d’explorer les différentes modalités possibles pour satisfaire à cette obligation et d’interpeller les pouvoirs publics sur la manière d’assumer leurs responsabilité à cet égard.

Organisation de chacun des neuf débats :

– pour permettre aux participants de questionner et de proposer, chaque débat  est introduit par un à trois intervenants, puis une séquence par petits groupes avec un rapporteur choisi librement en leur  sein permet d’engranger les questions, les demandes d’éclaircissement, les objections et les propositions ;

– une synthèse des questions et propositions est faite par un rapporteur général de chaque débat. Le neuvième et dernier débat fera la synthèse générale des propositions qui sera  adressée à l’opinion publique, aux pouvoirs publics et à un panel de citoyens (a priori les 150 de la Convention citoyenne pour le climat)

Inscription :

Chacun peut s’inscrire à tout ou seulement quelques séances sans oublier la dernière en synthèse.

Chaque séance est complétée par un espace de débat Mattermost où chaque participant inscrit est invité.

Programme complet & Inscriptions

Séance 1 – Sur quelle métrique baser l’obligation de résultat ?

Face au réchauffement global, les objectifs d’atténuation sont actuellement définis en termes d’émissions territoriales, calculées à partir des inventaires nationaux. Ces inventaires, harmonisés à partir de méthodologies validées par le GIEC, sont soumis à la vérification des Nations Unies. Les inventaires nationaux ne tiennent pas compte des émissions incorporées dans les biens et services importés, ni de celles résultant de l’usage des biens exportés. La prise en compte de ces émissions indirectes permet de calculer des « empreintes carbone ». La première séance du séminaire est consacrée à l’étude de ces métriques en cherchant à éclairer trois questions :

  • Quel est le degré de corrélation ou de décorrélation entre l’empreinte carbone et les émissions territoriales ?
  • Faut-il compléter la métrique de l’inventaire par celle de l’empreinte ?
  • Si oui, comment pondérer le poids relatif des deux indicateurs dans la définition et le suivi des objectifs d’atténuation ?

Intervenants :

  • Corinne Le Quéré, présidente du Haut Conseil pour le climat
  • Arnaud Leroy, président de l’ADEME
  • Jérôme Boutang, directeur du CITEPA