La ville de Malaunay à la conquête de son autonomie énergétique

Territoires et démocratie

Petite commune de 6000 habitants située près de Rouen, Malaunay vise l'autonomie énergétique en 2050, cherchant à transformer ses contraintes en opportunités. En dix ans, les idées d'un comité éco-citoyen interne ont poussé la collectivité vers la transition énergétique et des projets concrets ont vu le jour. Retour sur un territoire qui a su tirer son épingle du jeu.

Tout commence en 2006 : un comité éco-citoyen est mis en place pour les agents et les élus de Malaunay. Joël Clément, le maire de l’époque, y est presque toujours présent. Les volontaires cherchent ensemble comment réduire les consommations énergétiques de la collectivité. Commence alors à se forger une culture interne autour des enjeux énergie-climat, et 50 actions sont mises en place en 3 ans.

En 2010, l’Ademe Haute-Normandie lance un appel à manifestation d’intérêt à destination des collectivités pour entrer dans le dispositif Cit’ergie, à la fois outil opérationnel de structuration de la démarche énergie-climat, et label d’excellence. Malaunay finit par y entrer, alors que le dispositif était alors destiné aux grandes collectivités. Guillaume Coutey, devenu maire de la commune en 2012, porte depuis lors cette ambition pionnière avec l’équipe communale et les services conduits par Laurent Fussien, directeur général des services, tous deux convaincus du bien-fondé de la démarche.

Du projet de territoire au récit

« L’entrée énergie-climat a été le point de départ de notre projet de territoire, et Cit’ergie l’outil de cette transition. Nous avons eu accès à un accompagnement et à des financements », explique Laurent Fussien. Guillaume Coutey décide de poursuivre cette démarche, soucieux de développer le territoire en associant les habitants, en mobilisant les bailleurs et partenaires publics, en organisant un dialogue permanent entre élus et services. De nombreuses initiatives sont lancées, en particulier sur la rénovation du patrimoine et des logements publics. La construction de chaufferies bois et la pose sur les bâtiments communaux de plus de 200 kWc de panneaux photovoltaïques en autoconsommation sont prévues pour 2017-2018.

« Finalement, la transition de Malaunay sert notre premier métier : le service public. »

La commune fait évoluer progressivement sa démarche vers un projet de territoire global, par exemple en mettant un place un Service local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie (Slime) pour les ménages précaires, ou en structurant un réseau d’entrepreneurs. Elle s’investit dans le développement d’Enercoop Normandie en entrant dans son CA, forme ses agents à la démarche négaWatt et sensibilise les élèves à la transition écologique. Elle s’engage à investir dans tout projet d’énergie renouvelable citoyen à hauteur de 10 % tout en jouant un rôle premier pour faire émerger un projet ENR participatif sur le territoire.

Désormais reconnue au niveau régional et national, Malaunay peut se féliciter d’avoir joué un rôle moteur au sein de la métropole, aujourd’hui entrée dans Cit’ergie. Cela ne l’empêche pas de s’inspirer des autres : sur le modèle de Loos-en-Gohelle, la commune va travailler avec l’Ademe et 3 autres collectivités à sa stratégie de conduite du changement et à la « mise en récit » de sa trajectoire.

Améliorer les services publics

Le résultat se mesure sur le plan financier. La commune établit sa facture énergétique annuelle (carburant, électricité et chauffage) depuis 2006, et constate que la consommation d’énergie a baissé sur tous les postes. Grâce aux nombreux investissements réalisés d’ici 2018, Malaunay « économisera » bientôt plus de 150 000 euros par an. Ces chiffres sont autant d‘arguments pour convaincre : « En faisant cette projection à partir de nos consommations de 2006 et de l’augmentation des prix de l’énergie, nous estimons ainsi le ‘coût annuel de l’inaction’ pour une collectivité comme la nôtre », explique Guillaume Coutey.

Ces moyens économisés s’ajoutent aux financements éco-conditionnés et aux subventions qu’obtient la collectivité, lauréate de l’appel à projets TEPCV. Sur les 10 millions d’euros de son Plan pluriannuel d’investissement, 7,5 millions sont fléchés sur la transition énergétique et écologique. Ce montant a des répercussions concrètes pour les citoyens. « En rénovant notre crèche, nos écoles, notre gymnase, on maintient des équipements et des services de qualité dans la commune. Finalement, la transition de Malaunay sert notre premier métier : le service public. »

Par Esther Bailleul, chargée de mission Energie et territoires au CLER. Cet article est extrait du CLER Infos n°114.

Retrouvez ces témoignages sur le site www.tepos.fr