La transition énergétique en direct de… Nouvelle Aquitaine

Économies d’énergie, Énergies renouvelables

Chaque trimestre, les acteurs d'un territoire racontent leurs initiatives pour les économies d'énergies et les énergies renouvelables. Cap sur la Nouvelle Aquitaine.

En Nouvelle Aquitaine, un réseau régional au service des projets citoyens d’énergies renouvelables

Dans son étude intitulée Quelle intégration territoriale des énergies renouvelables participatives ? (février 2016), l’Ademe recommande de « continuer à accompagner la dynamique des projets d’énergies renouvelables participatives en France », notamment en donnant des outils aux réseaux qui les portent. Suivant cette recommandation, et inspirés par les neufs réseaux déjà existants en France (Taranis en Bretagne, EC’LR en Languedoc Roussillon, Energie partagée en PACA…), la coopérative Enercoop Aquitaine a créé et anime depuis avril 2016 le réseau CIRENA (Citoyens en réseau pour des énergies renouvelables en Nouvelle Aquitaine).

En 2014, la coopérative Enercoop Aquitaine a bénéficié d’une aide de la Région Aquitaine au titre de l’innovation sociale pour lancer le réseau. Cette aide a permis de financer son amorçage en 2016, toujours soutenu activement par le Conseil régional, comme en témoigne Françoise Coutant, vice-présidente Climat/Transition énergétique : « Nous devons soutenir toutes les initiatives permettant de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, de sortir des énergies fossiles, en développant massivement les énergies renouvelables. C’est pourquoi, nous comptons sur le réseau CIRENA pour accompagner les porteurs de projets ainsi que pour susciter des vocations auprès des collectivités locales et des citoyens. »

Le réseau réunit déjà une vingtaine de membres, constitué principalement de collectivités locales et de collectifs citoyens. CIRENA permet l’échange de pratiques et la mutualisation de compétences entre ses membres, et facilite l’émergence de nouveaux projets. Concrètement, CIRENA accompagne les projets citoyens d’énergies renouvelables sur les questions techniques, juridiques et financières sur toutes les étapes d’un projet sans se substituer à un bureau d’études. Le réseau sera présent aux Assises européennes de la transition énergétique à Bordeaux et animera un atelier le jeudi 26 janvier le matin.

Dans le Thouarsais, les agriculteurs font leur transition énergétique

Dans le cadre de sa démarche Territoires à énergie positive, la Communauté de Communes du Thouarsais propose aux agriculteurs du territoire de participer au programme Agriculture positive en Thouarsais (AGRIPOS’T), en partenariat avec la Chambre d’agriculture 79 et le Centre d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural (CIVAM) Haut-Bocage. Il consiste à accompagner les agriculteurs vers une démarche d’économie d’énergie, d’efficacité énergétique et de réduction d’émissions de gaz à effet de serre grâce à un accompagnement individuel (diagnostic énergétique, plan d’actions) et collectif (travaux de groupes, journées d’échanges), et avec une approche globale de l’exploitation (machinisme, bâtiments, pratiques culturales).

En Charente-Maritime, des acteurs locaux pour les énergies renouvelables

Pour développer, financer, construire et exploiter des toitures photovoltaïques sur des bâtiments appartenant aux collectivités territoriales, le CRER (Centre régional des énergies renouvelables), basé à La Crèche près de Niort, a créé une société : DémoSol. Accompagné par Lumo, la plateforme de financement participatif dédiée aux énergies renouvelables installée à La Rochelle, elle vient d’ouvrir son premier projet financé grâce à l’investissement citoyen. Cette toiture photovoltaïque installée sur la crèche de Dolus d’Oléron a vu le jour grâce à la coopération d’un installateur photovoltaïque local, et de la Communauté de Communes de l’île d’Oléron qui a bien l’intention d’en faire une île à énergie positive ! Cette centrale de 9 kWc, composée de 32 panneaux photovoltaïques pour un total de 54 m2, produira chaque année plus de 10 000 kWh, soit l’équivalent de la consommation d’électricité d’un tour du monde en voiture électrique.

Aller plus loin sur le site du CRER

« Quand le logement rend malade » : première expérimentation en ex-Aquitaine

Le Centre régional d’éco-énergétique d’Aquitaine (CREAQ) propose un accompagnement global des ménages repérés comme étant en situation de précarité énergétique dans le cadre d’un nouveau dispositif qui permet de travailler aussi bien sur la santé des occupants que sur la qualité du logement. Depuis 2015, près de trente ménages (propriétaires et locataires) sur l’ensemble des départements de l’ex-Aquitaine (en secteurs rural et urbain) ont reçu la visite d’une Conseillère médicale en environnement intérieur, suivie d’une intervention des conseillers Energie du CREAQ dont le but est de promouvoir les principes du développement durable, les énergies renouvelables, la sobriété énergétique et l’eco-construction sur le bâti et les usages du logement. Un suivi est effectué 13 à 16 mois après la visite afin d’évaluer l’apport de la démarche et l’évolution de la qualité de vie et de l’état de santé du patient. Ce projet (financé par l’ADEME Aquitaine, la Fondation Abbé Pierre, la DREAL Aquitaine Limousin Poitou-Charentes et la CARSAT Aquitaine) est exploratoire : une évaluation est indispensable pour vérifier la pertinence d’un tel dispositif et pour identifier les enjeux réels liés au volet santé de la précarité énergétique sur notre territoire.

Une filière pour la construction paille dans la nouvelle Région

Des acteurs de la construction en paille se sont réunis au sein d’une nouvelle association : Résonance Paille, le Réseau régionale de la construction paille en Nouvelle Aquitaine. En Parallèle, ces acteurs mettent en place un plan d’actions en partenariat avec les institutionnels régionaux et le Réseaux français de la Construction paille pour donner vie à cette filière régionalement. Au programme, maîtrise de l’approvisionnement, montée en compétence des acteurs, animation, communication, sensibilisation, formation, facilitation des projets de construction, de la recherche et des innovations. Pour prendre part à ce nouveau grand réseau, deux contacts sur les territoires.