Emmanuelle Bertho : ingénieur énergie et environnement

Emmanuelle Bertho est ingénieur et cofondatrice d'Energies vertes du Bourbonnais.

Son énergie renouvelable préférée ? « Le chauffage solaire, simple et efficace, il fonctionne sur le long terme. »

Son entreprise emploie trois salariés qui réalise depuis 2009 des audits pour guider les particuliers vers une rénovation basse consommation de leur habitation et l’installation d’équipements utilisant une source d’énergie renouvelable. Une expérience de terrain concrète pour cette ancienne conseillère énergie : « Les conseils neutres et gratuits délivrés par les Espaces Info Energie sont essentiels, mais j’ai aussi toujours aimé réaliser des choses concrète avec mes 10 doigts… Aujourd’hui, je me réjouis chaque fois que nous installons une chaudière à granulées. C’est une de plus sur la planète ! » En plus des chantiers qui lui permettent d’acquérir une vision concrète d’un projet de rénovation – les obstacles rencontrés et les compromis qu’il faut parfois faire – Emmanuelle Bertho a développé une activité d’audit énergétique et intervient en tant que formatrice sur les thèmes de la performance énergétique et environnementale du bâtiment et des énergies renouvelables. Egalement ambassadrice du scénario négaWatt dans l’Allier, elle collabore par exemple avec l’IUT de Montluçon.

Pourquoi l’énergie ?

Dans le secteur professionnel du bâtiment, le profil d’Emmanuelle Bertho, qui a évolué dix ans dans l’associatif, est atypique. En tant que « petit installateur », sa motivation n’est pas qu’économique, elle souhaite également « faire avancer la transition énergétique au niveau local » : « Je connais beaucoup de professionnels qui ont cette sensibilité environnementale. Ils font aussi appel à leur bon sens : mieux isoler, c’est plus économique ! » Adhérente au CLER – Réseau pour la transition énergétique depuis 2009, Emmanuelle Bertho est devenue administratrice en 2012. Elle souhaite y porter la voix des « petits installateurs » et raccrocher les travaux de l’association aux réalités quotidiennes des entreprises ancrées localement.

Ce que lui apporte le CLER

Evidemment, adhérer au CLER ne rapporte ni contrat ni chantier supplémentaire pour faire vivre la petite entreprise. « Mais participer à un réseau permet de relier notre dynamique locale à l’actualité de la transition énergétique au niveau national », explique Emmanuelle Bertho. « Nous sommes tous très préoccupés au quotidien par nos activités… Etre bénévole au CLER me donne l’occasion de m’intéresser à la problématique énergétique d’un point de vue plus global et d’avoir une meilleure vision des enjeux, en particulier législatifs. Et rencontrer des gens aussi motivés que les adhérents du CLER, ça re-booste ! »